Qui sommes-nous ?

La revue Recherches est née dans l’académie de Lille en 1984. Elle est destinée à offrir aux enseignants de français un lieu d’écriture professionnelle – où peuvent se réfléchir les pratiques d’enseignement, se communiquer les innovations et se diffuser les recherches scientifiques qui intéressent la didactique du français. Elle est classée dans la catégorie “Interface” par l’AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) ; cela signifie qu’elle est reconnue comme interface entre le champ de la recherche et celui des pratiques professionnelles. Elle est maintenant diffusée par les Presses Universitaires du Septentrion.

Dernier numéro paru : 65GENRES SCOLAIRES

  L’éditorial

Il peut paraitre déroutant pour nos lecteurs que ce numéro de Recherches soit consacré aux « genres scolaires », tant cette notion, encore instable sur un plan théorique, peut sembler peu pertinente pour l’enseignant de français, pour qui elle n’est pas objet d’enseignement ni d’apprentissage. Le sujet n’est d’ailleurs pas très familier à la revue, dont le dernier numéro sur la question des genres1 remonte à 1990. Mais le genre, c’était alors le genre littéraire, et l’éditorial se faisait l’écho de la perplexité voire des désaccords au sein du comité de rédaction face à une notion « marquée du sceau de l’archaïsme voire du label réactionnaire des Belles-Lettres2 ». L’usage le plus productif au plan didactique semblait être à cette époque l’entrée dans les classes des genres paralittéraires.

Depuis les années 1990, de nombreux travaux ont conduit à déplacer cette question des genres littéraires vers les genres discursifs voire vers les genres d’activités – notamment à la suite d’une redécouverte des écrits de Bakhtine3. Cette livraison de Recherches témoigne de ce déplacement : les genres littéraires y sont quasiment absents, sinon à travers les albums de littérature de jeunesse, objets exemplaires pour interroger justement les frontières entre genre littéraire et genre scolaire. Mais la notion permet de s’intéresser à ces genres présents dans la classe de français que sont par exemple la dissertation, le questionnaire des manuels ou le débat. De fait, c’est plutôt aux genres scolaires disciplinaires que nous nous intéressons ici,

[Lire la suite de l’éditorial ou accéder à la page du numéro 65]